Wednesday, April 25, 2018

VI BIENNALE d'HUMOUR "LUIZ D'OLIVEIRA GUIMARAES" - ESPINHAL / PENELA 2018 – Portugal (La mort et l’humour)



Une organisation: Municipalité de Penela / Junta de Freguesia do Espinhal
Une production: Humorgrafe - Directeur artistique: Osvaldo Macedo de Sousa (humorgrafe.oms@gmail.com / humorgrafe@hotmail.com)
1 - Thème:
a) «Le cycle de vie» - nous invitons des artistes du monde entier à méditer sur l'existence, la manière dont chaque culture fait face à la vie et à la mort et quels symboles et rituels utilisent pour surmonter la terreur de l'inconnu après la mort. La mort n'est-elle qu'une méditation de la vie ou une anecdote qui effraie la vie quotidienne de l'éternité? Nous ne voulons pas ici faire l'expérience de la mort, mais plutôt honorer la vie avec humour et optimisme. Cette année, le monde se souvient du centenaire de l'Armistice de la Grande Guerre de 1914-1918, la mère de toutes les autres guerres qui ne cessent de se développer au cours du XXe siècle et qui est toujours présente aujourd'hui avec le terrorisme dit des fondamentalistes. Comment pouvons-nous loue la pérennité de l'esprit, au lieu de cultiver une société qui finance l'extermination de l'humanité et de la terre-mère?
b) Caricatures de Leonor d'Oliveira Guimarães (belle-fille de Luiz d'Oliveira Guimarães) qui fut le promoteur de cette Biennale.
      
2 - Ouvert à la participation de tous les artistes graphiques avec humour, professionnel ou amateur.
3 - Date limite: 10 Juin 2018. Ils doivent être envoyés à humorgrafe.oms@gmail.com, humorgrafe@hotmail.com ou humorgrafe_oms@yahoo.com (Si vous ne recevez pas de confirmation de réception, veuillez renvoyer un nouvel email).
4 - Chaque artiste peut envoyer par e-mail en format numérique (JPEG 300 dpis A4) jusqu'à 4 œuvres en monochromatique (une couleur avec toutes ses nuances - dessins non acceptés avec 2, 3 ou 4 couleurs) (est obligatoire que l'on devrait soyez sur ce sujet, et les autres peuvent être des portraits-caricatures de caricaturistes - auto-caricature ou n'importe lequel de vos maîtres de pays), ouverts à toutes les techniques et styles comme caricature, dessin humoristique, humour, strip, bd board (histoire en conseil d'administration) ... qui doit être accompagné d'informations sur le nom, la date de naissance, l'adresse et le courriel.
5 - Les candidatures seront jugées par un jury composé de: représentants de la municipalité de Penela; représentant de la Junta de Freguesia do Espinhal; représentant de la famille Oliveira Guimarães; representant de la Fundacion Oliveira Guimarães;  le directeur artistique de la Biennale; un représentant des commanditaires, un représentant des médias locaux et deux dessinateurs invités, et ils décerneront les prix suivants:
* 1er prix VI BHLOG- 2018 (1 800 €)
* 2ème prix du VI BHLOG- 2018 (1 300 €)
* 3ème Prix du VI BHLOG- 2018 (800 €)
* Prix Caricature du VI BHLOG-2018 (1000 €)
Le jury peut, à sa discrétion, accorder des «Prix spéciaux» (António d'Oliveira Guimarães, Municipalité de Penela, Junta de Freguesia do Espinhal et Humorgrafe), titre honorifique, avec un trophée.
6 - Le jury se réserve le droit de faire une sélection des meilleures œuvres à exposer dans l'édition de l'espace et du catalogue (qui sera envoyée à tous les artistes avec des œuvres reproduites).
7 - L'Organisation informe tous les artistes, par courrier électronique, s'ils ont été sélectionnés pour l'exposition et le catalogue, ainsi que les artistes lauréats. Les œuvres attribuées sont automatiquement acquises par l'Organisation. Les originaux des participations gagnantes doivent être soumis à l'organisation (l'œuvre originale faite par ordinateur est un tirage de haute qualité en A4, avec signature manuscrite et numérotée 1/1), car sans cette remise, le prix monétaire ne sera pas débloqué.
8 - Les droits de reproduction sont la propriété de l'Organisation, afin de promouvoir cet événement, et seront éventuellement discutés avec les auteurs dans le cas d'autres utilisations.
9 - Pour de plus amples informations, contacter le Directeur artistique: Osvaldo Macedo de Sousa (humorgrafe.oms@gmail.com / humorgrafe@hotmail.com) ou V Biennale de l'Humour Luíz d'Oliveira Guimarães Secteur de la Culture, Municipalité de Penela, Place de la Mairie, 3230-253 Penela - Portugal.
10 - La VI Biennale d'Humour Luíz d'Oliveira Guimarães - Espinhal / Penela 2018 se déroule du 1er au 21 septembre au Centre Culturel d'Espinhal, mais les woks peuvent également être exposés dans d'autres lieux à désigner.







VI Biennale de l'humour Luiz d'Oliveira Guimarães - Espinhal / Penela 2018
Le cycle de vie - L'HUMOUR EST LA VIE ET ​​LA TRANSFORMATION

De: Osvaldo Macedo de Sousa

Le rêve de n'importe quel comédien, ou comédien, est que quelqu'un meure de rire avec ses discours. En réalité il n'y a pas de meilleure mort que celle avec le sourire dans l'âme, avec le rire dans le cœur, détoxifiant l'amertume, le vieillissement de l'âge et la vie quotidienne, mais seul le terme "mort" effraie, est un tabou assujettir.
Qu'est-ce que la "mort" pour chacun de nous? Si nous ne parlons pas d'elle, nous ne lui faisons jamais face et ne lui sourions jamais, de front, de manière irrévérencieuse, sans souci, comment nous devrions vivre avec notre vie quotidienne. Croyez-vous en la vie après l'accouchement?
Une respiration simple sépare les concepts de la mort et de la vie, lorsque l'inconnu les réunit dans une ligne de transmutation. La philosophie millénaire nous a longtemps enseigné que rien ne meurt, tout est transformé en différents souffles d'énergie vivante et vivifiante. Ce qui sépare un état d'un autre n'est que peur. Dans le premier, ce sentiment claustrophobe cesse d'exister et dans la seconde il nous conditionne.
Il n'y a pas de meilleur moyen de traiter les peurs, les inquiétudes et les oppressions que par l'humour, non seulement parce qu'il leur donne une nouvelle lumière, mais aussi parce qu'il nous oblige à affronter la réalité sans l'ombre des coutumes et de l'éducation castratrice. Sourire, rire, penser avec une philosophie humoristique, il n'y a pas de peur mais d'irrévérence et de sécurité, il n'y a pas d'oppression mais d'audace et de liberté.
Y a-t-il une vie Y at-il la mort? Qu'est-ce qui nous surpasse dans la vie de tous les jours? L'inquiétude de l'avenir, le désir du passé et la non-existence du présent, dominés par ces sentiments castrateurs. Pourquoi tant de peur de cette mort charnelle, si tout n'est qu'une illusion grotesque, macabre imposée par des éducations apocalyptiques et pessimistes?
Comely ceux qui disent athées, Dieu merci, finissent par être les plus spiritualistes parce qu'ils croient qu'après le passage terrestre intégrer le NADA, de l'UE, aux États-Unis, c'est-à-dire, ils sont des utopistes qui ne veulent pas se soumettre à les passages de croissance, intégrant immédiatement le RIEN ABSOLU, l'absolu divin, le NON ÊTRE d'ÊTRE dans l'énergie primordiale.
C'est dans le sourire que nous trouvons la vie, la résurrection de l'humour comme essence de la vie quotidienne où la dégradation, la pérennité et la mort deviennent énergie vivifiante au jour le jour, sans peur, sans peur car il n'y a pas de plus grand sentiment de liberté. bon rire, affronter le miroir et nous accepter tels que nous sommes, dans cette énergie éternelle dans l'optimisme.
La mort s'avère être la caricature de la vie, cette réflexion grotesque qui nous montre comment nous sommes tous les mêmes, car dans cet état il n'y a ni riches ni pauvres, il n'y a pas de races ou de religions, vivant dans l'égalité et la simplicité de l'humour.
Chaque jour, nous disparaissons de la vue, du toucher, des proches, comme cela est arrivé récemment avec l'une des grandes âmes de cette Biennale, Leonor de Oliveira Guimarães, mais elle reste présente dans une autre dimension, comme António Oliveira Guimarães, qui était aussi des promoteurs, sans pouvoir voir physiquement la concrétion de la Biennale, sans oublier de mentionner la présence du mentor de toutes ces irrévérences, notre Luíz.
C'est cet univers de dimensions, de pensées, de concepts, d'expériences parallèles que nous voulons revalider ici en utilisant ce thème comme devise de la VIe Biennale Internationale de l'Humour. Tant que nous croyons aux valeurs, dans l'esprit qui conduit à la création, il ne meurt pas, il subsiste non seulement dans l'espoir mais dans la réalisation d'un sourire, d'une complicité. Cette mort ne nous effraie pas, elle ne fait que nous encourager à rire du présent et à utiliser la philosophie de l'esprit comme le souffle de la vie, de la résurrection dans la vie quotidienne.
Comment chaque artiste, chaque culture, chaque peuple rit-il de la mort et de la vie? Seuls les artistes peuvent nous répondre et c'est ce que nous leur opposons - parlez-nous de votre point de vue et de votre culture de la mort comme le triomphe de la vie, de la vie comme quelque chose de plus important que le concept de mort. L'important n'est pas de savoir s'il y a une vie post-mortem, mais s'il y a de la vie malgré l'obsession de la mort.
Il n'y a pas d'irrespect de rire avec "mort", plutôt un hommage à la vie, c'est pourquoi dans l'immédiat après la disparition physique, nous nous souvenons plus des bons souvenirs que des mauvais, peut-être le seul moment où la tragédie est surmontée optimisme de la mémoire.
Certains disent que c'est de l'humour noir, mais comment peut-il être noir si tous ceux qui ont eu des expériences post mortem parlent de la lumière? Est-ce que nous pleurons pour ceux qui partent ou pour ceux qui restent? La comédie au sujet de notre vie quotidienne n'est-elle pas plus noire, c'est pourquoi l'humour est donné pour nous donner la lumière et la force pour le surmonter? Il est plus facile de vivre dans la tragédie parce qu'il donne plus de travail pour être constamment joyeux, optimiste et philosophe avec l'esprit.
Luíz d'Oliveira Guimarães était une ironie de la vie qui a préféré ignorer la mort jusqu'aux 98 ans, n'écrivant jamais sur ce sujet. Par peur ou par sagesse? En réalité, personne n'y échappe parce que nous devons tous y faire face dans la transformation morphologique de la matière depuis notre naissance et si certains l'ignorent, d'autres la cultivent, comme c'est le cas de la culture mexicaine. Nous devenons tous à vie et si nous devons être, au moins c'est avec humour.
Nous invitons des artistes du monde entier à méditer sur l'existence, la manière dont chaque culture fait face à la vie et à la mort et quels symboles et rituels elle utilise pour surmonter la terreur de l'inconnu après la mort. La mort n'est-elle qu'une méditation de la vie ou une anecdote qui effraie la vie quotidienne de l'éternité? Nous ne voulons pas ici faire l'expérience de la mort, mais plutôt honorer la vie avec humour et optimisme. Cette année, le monde se souvient du centenaire de l'Armistice de la Grande Guerre de 1914-1918, la mère de toutes les autres guerres qui se développent au cours du XXe siècle et qui est toujours présente aujourd'hui avec le terrorisme dit des fondamentalistes. Comment pouvons-nous louer la pérennité de l'esprit, au lieu de cultiver une société qui finance l'extermination de l'humanité et de la terre-mère?
En tant que sous-thème, dans le cadre du portrait-dessin animé, nous créerons un autre espace pour rendre hommage à la vie, avec le concours de caricature de Leonor Oliveira Guimarães (belle-fille de Luiz OG) qui fut le promoteur de cette Biennale ( pour aider les artistes, nous enverrons quelques photos).


Comments: Post a Comment

Links to this post:

Create a Link



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?